Actualité d’époque

Cela s'est passé un 27 mai

 

 

  • Lundi 27 mai 1940
    Capitulation de l'armée Belge.

  • Mardi 27 mai 1941
    • A 400 miles (730 km) de Brest, après trois jours de poursuite mouvementée, le "Bismarck", qui a quitté le port de Bergen en Norvège le 21 mai, pour attaquer les convois Alliés dans l'Atlantique en compagnie du "Prinz Eugen" (un autre cuirassé), est pris à parti par la Flote britannique. Les deux bâtiments sont attaqués. Le "Bismarck" est accroché par le cuirassé " Rodney " de la Royal Navy, puis par les avions torpilleurs des porte-avions " Victorious " et " Ark Royal ". Le gouvernail endommagé par une torpille aérienne, le cuirassé "Bismarck" qui ne peut plus manœuvrer, et dont la vitesse est réduite à 8 nœuds, suite aux avaries perpétrées par ses assaillants, (deux de ses quatre hélices sont hors d’usage) est finalement coulé par les torpilles anglaises du "Dorsetshire". 117 marins sur 2 200 sont rescapés.
    • Début de la grève des mineurs à l’appel du militant communiste Michel Brûlé dans un des puits de la commune de Montigny-en-Gohelle, qui sera surnommée Montigny-la rouge. Les revendications touchent essentiellement les salaires et les conditions de travail. La grève s’étend rapidement aux autres puits des départements du Pas de Calais et du Nord. Elle est encadrée par des militants en opposition à la direction du parti qui ne veut pas entendre parler d’actions hostiles à l’occupant. Les mineurs sont soutenus par les gaullistes et la majorité de la population. Dans les jours qui vont suivre, la grève va se transformer en mouvement politique contre la collaboration et l’occupant. Le 1er juin, la quasi-totalité des puits seront en arrêt avec 100 000 grévistes, représentant 80% des effectifs.
    • Aux Etats Unis, l’état d’urgence illimité est proclamé.

  • Mercredi 27 mai 1942
    • Alors que les armées du IIIème. Reich n’ont jamais subi d’échec, à 10h27, le Reichsprotector Obergruppenführer (général S.S.) Reinhard Heydrich est victime d’un attentat à la grenade perpétré par Jan Kubis. Alors qu’il circule à bord de sa Mercédès cabriolet dans la localité de Holesovice en Tchécoslovaquie pour rencontrer Hitler à Berlin, il est atteint dans le dos par des éclats à la rate et dans la région lombaire. Il mourra au matin du 4 juin emporté par une septicémie.
    • Un camion et une voiture de soldats italiens arrivent à Villard de Lans. Très informés, ils arrêtent sans ambiguïté le garagiste Victor Huillier, le percepteur Marius Charlier, les deux frères André et Jean Glaudas.
    Pendant la perquisition, ils découvrent ensuite Aimé Pupin, caché entre le sommier et le matelas d'une petite chambre au grenier. Dans la chambre qu'il occupe habituellement, ils découvrent un pistolet mitrailleur et deux revolvers dans son lit, dans une table de nuit un pistolet 6,35 et dans placard, des cigarettes italiennes à destination des camps de Maquisards. Heureusement, la femme de Jean Glaudas prévenue par une voisine à eu le temps de cacher carnet d'adresse et armes qu'elle enterre au fond du jardin par trois voyages successifs.

  • Jeudi 27 mai 1943
    • Annoncé le 15 mai 1943 par un télégramme de Jean Moulin que de Gaulle fait largement connaître, première réunion et fondation du C.N.R. (Conseil National de la Résistance) qui marque le début de l’unification nationale de la Résistance. Cette réunion a lieu rue du Four. Elle réunit des délégués des mouvements de Résistance de quatre partis politiques baptisés pour la circonstance « courants » pour ménager les susceptibilités des mouvements et des principales centrales syndicales.
    • Aimé Pupin, 1er chef civil du Vercors est arrêté par les troupes d’occupation italiennes. Il sera remplacé à ce poste par Eugène Chavant dit Clément qui assurera l’administration du Vercors jusqu’à sa chute, fin juillet 1944.

  • Samedi 27 mai 1944
    • Le maquis de THEYS déménage au-dessus du VERNEY. Dans la soirée, deux patrouilles sont effectuées, l’une sur la voie ferrée à GONCELIN, l’autre sur la route de THEYS à
    • Dans l’Isère, à Froges situé à 15 km à l’Est de Grenoble, deux pylônes de « Force et Lumière » sont sectionnés à l’explosif au lieu dit le BOCARD, trois engins non explosés sont découverts sur un pylône voisin.
    • Dans le programme des préparatifs du débarquement, des bombardiers américains venus du Sud de l’Italie visent la gare de Marseille à très haute altitude pour éviter la flak. Le bombardement fait 2 500 morts et des milliers de blessés dans la population civile.
    • En Nouvelle Guinée, 2 000 soldats américains débarquent à Biak.