Actualité d’époque

Cela s'est passé un 28 novembre

 

 

  • Vendredi 28 novembre 1941
    Premier des deux jours de réunion chez Marie Reynoard avec Henri Frenay à l’issue desquels sera créé le mouvement Combat

  • Samedi 28 novembre 1942
    Sur le plateau de Brié-et-Angonnes, à quelques kilomètres de Grenoble, en présence de leur commandant Albert de Seguin de Reyniès, le 6ème B.C.A. (Bataillon de Chasseurs Alpins) est dissout. Ce Chef, père de huit enfants,  rappellera ses hommes et reconstituera son bataillon quelques temps plus tard à la barbe de l'occupation italienne.

  • Dimanche 28 novembre 1943
    4ème  JOUR DE LA " SAINT BARTHÉLEMY GRENOBLOISE NOMBREUSES ARRESTATIONS Dimanche 28 novembre 1943. Grenoble semble baigner dans une torpeur hivernale. Plus personne n’ose sortir dans la rue, sachant que la sinistre Gestapo et l’odieuse milice procèdent depuis plusieurs jours à de nombreuses arrestations, à des « interrogatoires » sans  fin, à des exécutions sommaires. Pourtant le sinistre commando de « l’opération Grenoble » ne chôme pas. Combien de Grenoblois sont interpellés ce jour là ? On ne le sait pas exactement. Certains résistants se sont « mis au vert » et parviennent à échapper à la rafle. Monsieur Langlet n’est pas chez lui, mais sa femme et ses deux fils sont envoyés en déportation. Le plus jeune, Raymond, âgé de 17 ans est lycéen. Des cas semblables se répètent. Certains plus chanceux sont relâchés. La vague d’arrestations déborde largement les limites de Grenoble. C’est ainsi que Fernand Gras, 50 ans, percepteur, responsable du secteur « Combat » à Saint-Hilaire-du-Touvet est arrêté dans les locaux de la perception du Touvet (dans la vallée du Grésivaudan) et transféré au siège de la Gestapo du 28 cours Berriat. Il mourra en déportation. Il en est de même pour Monsieur Frier, de Voiron. A La Mure, le commando cherchant le membre de l’Armée Secrète (A.S.) Matheysine-Oisans, Monsieur Alfred Ducollet père ne le trouve pas, arrête à défaut le fils et le ramène à Grenoble. Un va-et-vient incessant dure toute la journée. Il finira par être arrêté le 30 novembre. Envoyé en déportation, il rentrera à la libération.
    • Dans l’Isère, à Vizille, la Feldgendarmerie tente d’arrêter Henri Duée (Renne), membre du mouvement « Combat », qui est l’instigateur de la Résistance dans cette localité depuis 1942. Bien que blessé, il parvient à échapper aux Allemands.
    • A Téhéran : début de la conférence Churchill-Roosevelt-Staline. La décision d'un débarquement allié sur les côtes françaises au printemps 1944 est prise pendant cette conférence.

  • Mardi 28 novembre 1944
    • La 9ème Armée U.S. atteint la Ruhr.
    • La 1ère Armée Française resserre son étau sur Burnhaupt. Une partie du 63ème Corps allemand est prise au piège.
    • Belfort et Mulhouse sont définitivement libérées.
    • Dans le port d’Anvers, « Fort Cataraqui » construit au Canada, est le premier Liberty ship à entrer dans le port belge. Les 600 grues déchargeront un mois plus tard 22 300 tonnes par jour environ de matériel nécessaire à la poursuite de la libération de l’Europe.